Papier électronique

Alors que plus de 50 millions de tonnes de déchets électroniques sont générés chaque année, le projet Papier électronique réfléchit à une fabrication plus efficace et durable des circuits électroniques.

Intéressé par ce projet ?

Contact atelier LUMA

Est-il possible de sortir de l’obsolescence programmée des composants électroniques en repensant leur mode de fabrication ?

L'idée du projet est de diminuer la quantité de matériaux utilisés, faciliter leur réutilisation ou leur recyclage et créer des objets de qualité.

Papier électronique a opté pour une méthodologie qui consiste à reconsidérer l'objet dans sa globalité, depuis la conception du modèle jusqu'à sa production et son utilisation, en passant par le choix des matières et les processus d'assemblage et de désassemblage.

En s'intéressant simultanément à de nouvelles techniques de fabrication de circuits électroniques et aux matériaux et savoir-faire disponibles dans la région, le projet a rapidement entamé une réflexion approfondie sur le « papier électronique », c'est-à-dire un circuit intégré à du papier, au moyen d'encres conductrices. La technique utilisée porte le nom d' « impression d'électronique sur surface flexible ».

Face à une demande croissante d'appareils plus légers, plus minces et plus écologiques, le papier présente des atouts certains. Sa flexibilité et son caractère isolant (électriquement parlant) correspondent en outre idéalement aux caractéristiques attendues. 

Les premiers résultats obtenus sont très concluants et incitent atelier LUMA à réfléchir à la création d'un papier produit avec des matériaux locaux.   

Participants au projet

  • Coralie Gourguechon

    Designer

    Marseille, France

  • Thierry Djenizian

    Chef du département « Electronique flexible », Centre de Microelectronique en Provence

    Gardanne, France

  • Genes Ink

    Conception et production d'encres conductrices

    Rousset, France

Project perimeter