, Les bonnes pierres

Examen des blocs de grès

Spécialiste du patrimoine industriel, Hélène Degand a effectué une visite à la Mécanique générale au cours de la semaine qui a précédé le lancement des LUMA days afin de compléter les renseignements disponibles sur l’histoire du Parc de Ateliers. Elle s’est entretenue avec Brynjar Sigurðarson au sujet de la vingtaine de blocs de grès qui sont actuellement utilisés dans le cadre du projet Concevoir la pierre du futur. Avant sa visite, il était évident pour tous que les pierres, qui proviennent vraisemblablement d’une carrière proche de Beaucaire, étaient présentes depuis de nombreuses années sur le site. « Il n’est pas impossible qu’elles datent de l’époque romaine », a estimé Mme Degand en rappelant que le Parc des Ateliers, qui a été longtemps utilisé par la SNCF, se trouve sur le site d’une antique nécropole. Mme Degand a illustré cette hypothèse en procédant à une analyse qualitative approfondie de l’un des blocs, sur lequel elle a relevé la trace de différents impacts, manipulations et gravures.

Concevoir la pierre du futur est un projet mutuellement bénéfique. Tandis que tailleurs de pierre locaux, spécialistes de la restauration, archéologues et historiens partagent leur expertise avec les concepteurs du projet, ceux-ci mettent à leur disposition des technologies numériques émergentes. L’utilisation de ces technologies, telles que le scanner 3D et l’automation de précision, devient de plus en plus indispensable dans certains domaines d’intervention sur le patrimoine antique. Ce processus d’échange crée un lien entre les pratiques anciennes et modernes, et constitue un point de départ pour le développement de futures applications pour les 561 blocs de pierre présents sur le site de LUMA Arles.